Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Homo palmus
  • Le blog de Homo palmus
  • : Histoires et photos autour de mes plongées en Roussillon et ailleurs
  • Contact

Recherche

Archives

21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 19:04

Depuis longtemps nous entendions des histoires d’avions tombés ici ou là, entre Argelès et Saint Cyprien, sans jamais savoir précisément où. Nous avons collecté quelques informations et même quelques points très approximatifs concernant un avion. Certains semblaient bien connaître le site puisque des images circulaient depuis quelques années. Mais impossible d’en savoir plus, car nous aurions pu, peut-être, ouvrir au grand public un trésor gardé caché ! Donc, nous avons cherché, questionné, fouillé et finalement, trouvé. Trouvé, oui, mais quoi exactement ?

Largage de la gueuse, descente, quelques coups de palmes et :

 

Presque plus rien, et pourtant…

Enfin ! Enfin ? Enfin…

Nous sommes à la recherche d’un avion disparu 70 ans plus tôt. Les rares images que nous avions vues, ne remontant pourtant qu’à quelques années, montraient une forme d’avion, un fuselage, une queue, des ailes… Sommes-nous bien sur le même vestige ? J’ai du mal à le croire.

Les maigres restes se composent de ce qui serait une aile et d’une masse métallique difficile à identifier mais qui a été déplacée.

Un congre loge à l’intérieur de l’aile. Le bord de l’aile est délimité par un alignement de spirographes qui ont trouvé un support solide sur ce fond de vase.

Presque plus rien, et pourtant…

De la masse métallique, peu de choses à dire à première vue, si ce n’est que c’est un tout petit récif artificiel grouillant de vie

Presque plus rien, et pourtant…
Presque plus rien, et pourtant…

Les spirographes, comme les éléments solides, servent de supports à de nombreuses pontes de calmars et de seiches.

Presque plus rien, et pourtant…
Presque plus rien, et pourtant…

De petits crustacés se cachent au milieu des débris.

Presque plus rien, et pourtant…
Presque plus rien, et pourtant…

Un poulpe est caché derrière sa muraille de coquillages. Il est timide et peu intéressé par la tentative de gratouille…

Presque plus rien, et pourtant…

Les petits bancs de petits poissons et les mouvements des nombreuses blennies curieuses donnent une impression d’animation qui tranche avec les environs faussement déserts visuellement et ponctués de beaux cérianthes.

Presque plus rien, et pourtant…

Mais nous ne sommes pas là uniquement pour faire un inventaire de biodiversité. Il nous faut des données qui nous aideront dans notre enquête, par exemple des dimensions.

Presque plus rien, et pourtant…
Presque plus rien, et pourtant…

Pour terminer, voici une question : que représente la scène suivante ?

a- le bateau est attaqué par des pirates

b- c’est la danse de la pluie parce qu’il fait trop beau

c- c’est-pas-moi-m’sieur-j’ai-rien-fait-m’sieur

d- un début de prière de remerciement à Poséidon (mais où sont les offrandes ?)

Presque plus rien, et pourtant…

Après quelques plongées infructueuses, nous avons trouvé de maigres vestiges. Pouvons-nous dès à présent affirmer leur origine ? Ce n’est pas certain…

 

Ce qui devient une épave est voué à disparaître à plus ou moins long terme. La désagrégation n’est pas linéaire en fonction du temps. Les parties les plus fragiles sont détruites rapidement, puis la structure fondamentale résiste jusqu’au moment où elle commence à céder. A ce stade, une accélération du processus de disparition peut s’enclencher. Rien n’est fait pour enrayer le mécanisme. Tout ce qu’on peut encore espérer, c’est sauver la mémoire de l’événement. Encore faut-il qu’il y ait suffisamment d’informations pour écrire un récit souvent tragique, mais qui appartient à l’histoire locale. C’est là que les choses se compliquent : refus de communiquer, égoïsme primaire, pseudo-privilège de chasse gardée, incompréhension de la problématique… Il est difficile d’obtenir des informations. Et lorsque les vestiges sont désormais près de la dissolution finale, l’enquête se complique encore… En voici un bel exemple.

 

Quoi qu’il en soit, ces restes ne sont plus totalement perdus pour tout le monde à l’exception de ceux qui voulaient se les garder. Nous avons encore beaucoup de travail pour leur redonner vie à travers une histoire. Bien entendu, c’est avec le plus grand plaisir que nous recevrons des informations sur ce site de la part de ceux qui auraient envie de partager, avant que tout soit définitivement perdu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Homo palmus - dans épave
commenter cet article

commentaires

Pages